AccueilAccueil  FAQFAQ  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  

Partagez | 
 

 « Ne pouvant se corriger de sa folie, elle tentait de lui donner l'apparence de la raison... »

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Yorel Morgan

avatar

Féminin nombre de messages : 3
age : 157
pseudo : ...
date d'inscription : 14/08/2009

Pensine
année du personnage:
animal:
notes:

MessageSujet: « Ne pouvant se corriger de sa folie, elle tentait de lui donner l'apparence de la raison... »   Sam 15 Aoû - 19:09

Alfred de Musset


Yorel Morgan
*« Savourons la vie en toute fantaisie, la raison attendra... »

    âge & année d'étude ; 16 ans & Sixième année
    date & lieu de naissance ; 1er Novembre Newcastle Waters, Northern Territory, Australie
    origines & pureté ; Australienne, issue de parents & grands-parents sorciers. C'est bien suffisant pour se déclarer sang-pur na' ? Nan ? Ben tant pis elle le fait quand même !
    orientation sexuelle ; Bi'



Her, She & Herself


*« Que les apparences soient belles car on ne juge que par elles. »
Roger Bussy-Rabutin


      « Yorel, c’est la fille que tout le monde connaît. Normal, em même temps, avec ses cheveux, on ne peut pas la louper ! Elle fait un peu effet pile électrique, la fille fantasque qui déborde de peps et d’énergie, un peu la boute-en-train du groupe. Elle est super extravertie, sympa avec tout le monde même quand on n’est pas dans sa maison, enfin, en règle générale. Ça se fait rare les gens comme elle maintenant… A se demander ce qu’elle fait avec tout ces Serpentard ! » Témoignage de Heloise Adwell, élève de Poufsouffle à Poudlard.

    Mon Dieu, quand je lis ce tissu de conneries, je n’en reviens pas. Cette fille ne me connaît pas, mais alors, pas du tout. Impressionnant. Cela dit, j’ai de quoi être fière, je fais bien illusion ; tout le monde croit à mon petit jeu…
    Les gens sont tellement stupides. J’ai une bonne tête, il me suffit d’afficher un joli sourire et c’est bon, le charme commence à faire effet… Des fois je me demande comment ils font pour croire à ce que je leur montre de moi ; c’est tellement loin de ce que je suis ! Mais non, l’idée que l’apparence que je me donne ne soit pas la bonne ne les effleure même pas…
    Je les méprise tous, surtout les Moldus, ils ne servent à rien, sans aucun pouvoirs ! Et puis les Sang de Bourbe, qui volent la magie, et puis les Mangemorts, qui ont tué Megan qui n’était que Sang-Mêlé – ce n’était pas sa faute si elle avait des parents indignes !
    Mais je sais où est mon intérêt et croyez-moi,c’est lui mon seul maître. Pourquoi vous le cacher ? J’aime le pouvoir, la puissance ; on m’a appris à me placer toujours du côté du plus fort : c’est ce que je fais.
    Je vous disais que personne ne me connaît… En fait, ce n’est pas tout à gait vrai. À Poudlard, les gens de ma maison, ceux qui se disent mes amis, qui me côtoient tous les jours, se sont bien aperçus de la façade que j’affiche. Mais à eux, je sais que ça ne leur déplaît pas, certains partagent mes goûts. Pour la magie noire, par exemple, qui m’attire irrésistiblement. Elle est beaucoup plus puissante que la blanche, j’en suis convaincue, et je rêve de la maîtriser encore plus que c’est déjà le cas… J’aime les Potions, aussi ; rien ne me fascine autant que le bouillonnement d’un poison en pleine préparation…
    Hé oui, je suis une fille qui ne perd jamais son profit personnel de vue ; hé oui, c’est vrai, je calcule tout, tout le temps. Ne vous méprenez pas, je ne fais jamais rien sans raison. On me dit intelligente, et je crois que c’est vrai. Non, j’en suis convaincue. Et moi, au moins, je sais où placer mon intelligence. On m’a dite sournoise, rusée, et ce n’est pas faux : j’aime manipuler les gens et j’y réussis particulièrement bien. Surtout à Poudlard où l’on ne sait rien de ma famille ni des… incidents qui ont jalonné mon enfance. Ici je me suis fait une image innocente de fille sympa et fantasque, les gens croient que je me limite à cela et me font plus facilement confiance. Quelle bande d’ignares !
    J’ai du charme, je sais m’en servir et je ne m’en abstiens pas. Il paraït que je suis égoïste, mais je ne prends pas cela comme un insulte mais comme une preuve de bon sens : quelle meilleure cause existe-t-il au monde que soi-même ?

      « Yorel ? Bien sûr que je la connais, on est dans le même dortoir depuis six ans. Elle est… spéciale. Un peu folle. Pas comme vous croyez, hein ! C’est vrai qu’elle est originale et très excentrique, mais ce n’est pas ce que je veux dire. D’autant que je sais que derrière ça, elle a des revers beaucoup plus sombres… Mais tout ça, c’est quand elle est… normale, disons. Parce que des fois, sa raison bascule.
      Il paraît que l’année dernière, sa meilleure amie a été assassinée. Elles avaient un lien très fusionnel toutes les deux… Je ne connais pas les détails de cet histoire mais après, Yorel a changé, comme si une partie d’elle-même était détruite. C’est devenu une fille brisée, mais qui donne bien le change. Seulement, elle n’est plus aussi saine d’esprit qu’avant… Des fois, elle divague, elle croit reconnaître son amie dans les couloirs mais chaque fois, la déception est rapide et cruelle. Mais elle est comme hantée par la présence de cette fille, il y a des jours où on ne la reconnaît plus, elle se renferme dans sa coquille, complètement asociale et infréquentable, et elle parle toute seule… enfin, elle parle à son amie, sauf que ce spectre n’existe que dans sa tête. C’est flippant, d’autant que Yorel devient très imprévisible dans ces cas-là… voire dangereuse si elle a une baguette en main !
      Mais en général, elle cache plutôt efficacement sa souffrance, même si elle est très lunatique. C’est une très bonne comédienne, plutôt jolie, et avec un charisme incroyable. Elle enjôle tout le monde avec une facilité… déconcertante. »
      Témoignage de Garance Midges, élève de Poudlard.

    Très bien, puisque vous insistez, parlons de mes parents. Mr Elphias Morgan & Mrs Ismelda Morgan… De braves gens fort respectés dans notre pays, l’Australie. Tous deux sorciers, évidemment, tout comme mes grands-parents, mes arrière-grands-parents ! Pour qui me prenez-vous ?
    Nous vivions du côté de Newcastle Waters, une petite ville entre plaine et désert occupée par de nombreux sorciers. C’est là que je suis né, dans notre grande demeure familiale, un premier novembre – le jour de la Fête des Morts moldue, ce hasard me plaît.
    J’étais déjà la troisième de la fratrie, mais mes aînés étaient bien trop âgés pour s’intéresser à moi. Quant à mes parents, c’étaient des gens très occupés. Mais ce n’était pas grave, je me suis accommodée à merveille de la solitude, jusqu’à fuir la présence des autres quand d’aventure quelqu’un voulait jouer avec moi.
    Dès ma naissance, j’étais quelqu’un d’exceptionnel. Parce que je suis une Morgan, oui, ça, OK, on sait… Mais aussi grâce à ce don, cette capacité à changer à ma guise mon apparence physique : je suis Métamorphomage.
    J’ai reçu une éducation stricte, comme il est d’usage dans les honorables familles, mais j’ai joui d’un certain luxe jusqu’à la naissance du petit dernier, un certain Zachary qui avait quatre ans de moins que moi. Stupide bébé braillard qui attirait sur lui l’amour et l’admiration de toute la famille. Je n’ai pas supporté. Je le haïssais.
    Le premier incident a eu lieu à l’école. Un crétin qui m’embêtait depuis dix minutes en m’appelant Yoyo sur tous les tons. Je l’avais prévenu, pourtant ! Rien à faire, c’était un idiot. Je ne sais pas ce qui s’est passé, mais quand ma colère s’est calmée il était à plat ventre par-terre, inanimé. Et moi je me sentais merveilleusement bien.
    Le scandale a été étouffé sans problème, il a survécu de toute façon, il était indemne. Au moins, il a appris une bonne leçon ce jour-là.

      « La famille Morgan est connue en Australie comme la plus riche, la plus grande, la plus prestigieuse et la plus ancienne famille de sorciers, et se revendique comme ayant le sang le plus pur. – Mais, chez les Morgan, on ne parle guère du cousin moldu ou du grand-père Sang-de-Bourbe…- Les Morgan sont intouchables : leur puissance est inégalée en Australie où nul ne prend le risque de les contrarier.
      […]
      Célèbres dans leur pays et une majorité de l’Océanie, les Morgan restent cependant très secrets. Ils ne divulguent rien de leur vie, et c’est d’ailleurs le motif de nombre de ragots sur leur compte : on raconte en effet qu’ils dissimulent un certain nombre de secrets de famille, bien gardés mais non moins lourds… […] Cependant ces rumeurs n’empêchent pas les Morgan d’être une famille fière et honorable, dont l’influence n’a pas d’égale en Australie ; riches, puissants, ils ont réussi grâce à leur arbre généalogique très fourni à investir la plupart des postes de pouvoir du pays qui est donc, officieusement, sous leur coupe… » Extrait de Les grands noms de la sorcellerie dans le monde, Gilbert de Montefroy.

    Le deuxième incident a été plus grave. C’était un ou deux ans plus tard, dans le désert où nous avait emmenés notre père pour nous apprendre à voler. J’avais un petit balai et, comme chaque fois que je quittais terre, j’étais aux anges, dans mon élément. Mais ce crétin de Zachary qui ne cessait de chouiner pour essayer, alors qu’il avait trois ou quatre ans, c’était un nabot. On s’est engueulés. Violemment.
    Là encore, je ne sais pas ce qui s’est passé. Ou plutôt, j’en ai une petite idée. Toujours est-il que quand père s’est précipité vers nous, mon stupide frère était étendu par-terre. Et cette fois, ils n’ont pas pu le sauver.
    Bon débarras.
    La vérité sur le « mystérieux décès du benjamin de la famille Morgan » n’a jamais été révélée. Ce n’est qu’un squelette de plus dans le placard, comme on dit si bien chez vous, en Angleterre.
    Et puis il y a eu Elle. La rencontre qui a tout changé. On avait quoi ? Neuf, dix ans ? J’étais vraiment une sale gosse, à l’époque. Colérique, insupportable. Et surtout, très seule et très taciturne. Mais Megan a fait de moi quelqu’un d’autre. Elle avait mon âge, c’était aussi une sorcière bien que fille d’une Sang de Bourbe. Elle venait d’Angleterre d’où ses parents avaient fui, à cause d’un certain mage noir qui rendait insoutenable la situation pour les gens comme elle. C’était une fille formidable. Drôle, enjouée, un peu bavarde, un ange. Au début ç’a été un peu chaotique, mais très vite, on est devenues inséparables. Meilleures amies pour la vie.
    C’est pour elle que j’ai renoncé à étudier la magie noire à Durmstrang ; elle était inscrite depuis des années à Poudlard, alors je me suis battue avec mes parents pour la suivre. Finalement, je ne le regrette pas.

      « -Oui, oui, je me souviens de la petite Morgan… Yorel, c’était son nom. Vous savez, je n’ai oublié aucune des baguettes que j’ai vendues ! Surtout pas quand c’était à la fille d’une famille d’une telle envergure… Je me souviens que nous avions eu du mal à trouver la baguette qui lui conviendrait. Elle était difficile, un cas très intéressant… Je pensais que, comme ses aînés, l’orme… Mais non, mais non, elle, c’était l’ébène. Vingt-huit centimètres et demi, avec une goutte de venin de –tenez-vous bien !- de Basilic. Si vous saviez comme j’ai eu du mal à l’avoir, ce venin ! On ne peut pas dire qu’il y ait beaucoup de Basilics dans le monde… C’était une sacrée grosse bête, celui-là, le seul que j’aie jamais vu… Et aussi la dernière chose que j’aurais pu voir ! Enfin… Ah oui, nous parlions de Yorel –drôle de nom, au passage…-. Donc, vingt-huit centimètres et demi, en ébène, toute noire, superbe, relativement souple. Une baguette de caractère, vous pouvez me croire ! Je l’aurais plutôt vue pour un sorcier confirmé, puissant, mais la baguette a fixé son choix sur cette gamine… » Témoignage de M. Gregorovitch Junior, héritier de Gregorovitch, célèbre fabricant de baguettes spécialisées dans la magie noire

    Megan n’était pas dans la même maison que moi. Logique, gentille comme elle était… Ça ne nous empêchait pas de nous voir tous les jours, de nous rapprocher sans cesse. On était parfaitement complémentaires. Jusqu’en quatrième année…
    J’ai commencé à avoir peur, à ressentir des choses… bizarres. Une attirance pour elle… Je me sentais tellement coupable ! Mais nous étions vraiment faites l’une pour l’autre, finalement, parce qu’un jour, au bord du lac…
    Après, ç’a été merveilleux. On gardait ça secret, par prudence, et on a passé des mois extraordinaires. Ça ne pouvait pas durer. Tout a une fin ; on nous le dit, on ne le répète, et c’est vrai, surtout pour le bonheur.
    C’était l’année dernière, en cinquième année. À Noël. On faisait nos courses ensemble sur le Chemin de Traverse, quand tout a basculé.
    Tout à coup, trois où quatre sorciers cagoulés de noir sont apparus. Vent de panique sur la rue, beaucoup de gens ont transplané aussitôt. Il m’a fallu quelques secondes pour comprendre. Ces histoires de Mangemorts qui raflent les Sang de Bourbe et les traîtres à leur sang, j’en avais entendu parler, évidemment, mais ce n’était pas une réalité pour moi.
    « Ton nom ?
    - Yorel Morgan. »
    J’ai failli ajouter « pauvre con », mais le mépris de ma voix parlait pour moi je crois. Je l’ai pris de haut, ce crétin de Mangemort, et j’avais bien raison, je n’ai aucun souci à me faire, moi ! C’est là que j’ai percuté pour Megan…
    « Et toi ?
    - C’est ma sœur !
    - Megan Rifter », a-t-elle avoué en même temps.
    Je n’ai pas envie d’en parler. Je revois cette scène presque toutes les nuits, je n’ai vraiment pas envie d’en parler.
    Ce que je peux vous dire en revanche c’est qu’ils me le paieront. Saletés de Mangemorts. Je connais par cœur la voix, les yeux, la silhouette de celui qui l’a torturée avant de la tuer sous mes yeux. Je le reconnaîtrai. Et je la vengerai.

      « -Ah, Yorel, un sacré numéro ! Personne ne vous l’a dit ? Elle est Métamorphomage ! Et d’ailleurs, elle en joue beaucoup !
      Elle garde toujours plus ou moins le même visage, évidemment, mais elle joue à changer son nez de temps en temps, ou sa bouche, mais que de petits détails pour qu’on la reconnaisse quand même. Ses cheveux par contre, elle les change tous les jours, voire plusieurs fois par jour ! Et elle adore arborer des couleurs les plus pétantes possibles : rose vif, jaune fluo, violet, orange carotte… Ça dépend de son humeur, en fait. Elle assortit souvent ses yeux avec, c’est drôle à voir, et ça fait partie de son image de fofolle de Poudlard… Oui, c’est vrai, elle est plutôt mignonne ! Et petite et toute mince avec ça, mais faut pas s’y fier, elle a du caractère la demoiselle ! Des fois, qui s’y frotte s’y pique… »
      Témoignage de Tim Leedwick, élève de Poudlard



Dernière édition par Yorel Morgan le Sam 15 Aoû - 19:50, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Yorel Morgan

avatar

Féminin nombre de messages : 3
age : 157
pseudo : ...
date d'inscription : 14/08/2009

Pensine
année du personnage:
animal:
notes:

MessageSujet: Re: « Ne pouvant se corriger de sa folie, elle tentait de lui donner l'apparence de la raison... »   Sam 15 Aoû - 19:49

    More about me ?

    *« La solidarité n'existe pas : n'existe qu'une coalition d'égoïsmes. Chacun reste avec les autres pour se sauver soi-même. »
    Francesco Alberoni



    âge ; *compte laborieusement sur ses doigts*
    temps de connexion ; 8/7
    comment as-tu connu le forum et comme le trouves-tu ? Hé bien figurez-vous qu'en regardant mon répertoire de persos RP, je suis tombée sur une fiche de... Juin 2oo8 que j'avais faite pour Hominum Revelio OO Donc, je suis revenue voir ce que le forum devenait, en me disant que puisque j'avais une fiche de prête j'allais quand même pas laisser ça au placard Razz
    votre personnage est-il un personnage vacant ? Nop
    personnalité sur l'avatar ;
    Code:
    Hayley Williams [color=lightblue]►[/color] [i]Yorel Morgan[/i]
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
 
« Ne pouvant se corriger de sa folie, elle tentait de lui donner l'apparence de la raison... »
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» La folie des BAM ! [FINI]
» Notes à Préval: comment corriger un déficit budgétaire???
» L’argent conduit à la folie !
» Crise de folie... |Libre|
» ~ Lorsque la folie danse la valse de la Vie ~

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Hominum Revelio :: 

l'administration

 :: poudlard express
-
Sauter vers: