AccueilAccueil  FAQFAQ  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  

Partagez | 
 

 Ninon Amour Handrew | end

Aller en bas 
AuteurMessage
Ninon A. Handrew

avatar

Féminin nombre de messages : 27
age : 24
copyright : gwn
pseudo : Tenshi
date d'inscription : 28/07/2009

Pensine
année du personnage: 6e année
animal: une petite souris blanche ; snowy
notes:

MessageSujet: Ninon Amour Handrew | end   Mar 28 Juil - 14:26

ninon amour handrew
*« un, deux, trois, je m'en vais au bois. »


heroin
âge & année d'étude ; 16 ans, sixième année d'étude
date & lieu de naissance ; le 20 juin, londres
origines & pureté ; britannique et française, sang-mêlé
orientation sexuelle ; hétérosexuelle

hominum revelio
*« quatre, cinq, six, cueillir des cerises. »

    PREFACE

    D’aussi loin que je me souvienne, j’ai toujours été ce qu’on voulait de moi. D’aussi loin que je me souvienne, on m’a toujours demandé d’être prête à tout pour défendre les gens qui m’étaient chers. D’aussi loin que je m’en souvienne, on m’a toujours demandé de sourire quoiqu’il arrive. D’aussi loin que je m’en souvienne, on m’a toujours demandé d’être positive et de ne jamais sombrer dans l’incompréhension. Mais j’ai pris le droit de rêver, d’imaginer, et d’inviter un monde magique remplaçant les malheurs, les transformant pour les rendre heureux.

    Et je cris ma victoire sur le monde des morts, sur le monde des cieux, car je vaincrais encore et encore jusqu’à ce que mort s’en suive.



camille ; tenshi
*« sept, huit, neuf, dans mon panier neuf. »

    âge ; 15 ans
    temps de connexion ; pendant les vacances, normalement chaque jour, mais pendant les cours 3/7j.
    comment as-tu connu le forum et comme le trouves-tu ? Grâce à un e-mail & Je le trouve magnifique !
    votre personnage est-il un personnage vacant ? Non.
    personnalité sur l'avatar ;
    Code:
    Aimee Teegarden [color=lightblue]►[/color] [i]Ninon A. Handrew[/i]


Dernière édition par Ninon A. Handrew le Mar 28 Juil - 19:26, édité 12 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Ninon A. Handrew

avatar

Féminin nombre de messages : 27
age : 24
copyright : gwn
pseudo : Tenshi
date d'inscription : 28/07/2009

Pensine
année du personnage: 6e année
animal: une petite souris blanche ; snowy
notes:

MessageSujet: Re: Ninon Amour Handrew | end   Mar 28 Juil - 14:46

    CHAPITRE I




    L’amour, la trahison, le caprice de la vie, la décision des personnes plus grandes que vous, l’innocence cachée dans le cœur des enfants, l’imagination débordante de leur rêve, leurs tendres gestes, les mots doux qu’ils prononcent … Nous l’avons sûrement tous vécus, peut-être pas dans le même ordre, mais ce sont des choses connus, familières. Et puis un jour, tout disparaît …

    Je ne croyais pas être conçu pour le bonheur, encore moins pour donner la vie. Mais je l’avais entre mes bras, mon bébé, ma douce fille, ma jolie Ninon. J’étais si fière de moi, d’elle, de nous. J’avais si peur de la voir pleurer, de la voir nous désaimer, moi et son père. Elle n’avait que quelques jours, mais déjà mon angoisse était grande. Je n’avais jamais eu confiance en moi, le pire c’est que j’étais consciente de ça. Si consciente de ce fait que je me cachais de tout, que je cachais tout. Alors avec ce petit être dans les bras, je me sentais enfin forte, parce qu’elle était de moi, elle contenait mon sang dans ses veines fines, elle avait mon regard noisette et les cheveux blonds de son père. Oui, je pouvais dire que je me sentais forte. Et son regard qui me suit, sa petite main qui essaye d’attraper des choses que seule elle voit.
    J’avais un trésor, à moi et pour moi.

    * * *


    Une petite blonde posait ses mains d’une peau légèrement caramel sur les touches d’un piano à queue d’un blanc brillant. Elle appuyait sur les touches blanches au hasard sans chercher de faire quelques choses de vraiment harmonieux, c’était plutôt pour s’amuser en attendant le repas qui n’allait d’ailleurs pas tarder. Elle savait pourtant qu’elle n’avait pas le droit de s’approcher de cette œuvre d’art, mais elle n’avait que cinq ans, et à cet âge là l’interdit enhardissait énormément l’audace et la tentation devenait trop grande. Alors elle avait succombé, quelque peu honteuse tout de même de ne pas obéir, mais fière d’avoir osé. Les notes s’envolèrent pour attendre les hauteurs de la maison et ainsi les oreilles de sa mère qui ne comprit pas de suite que l’interdit avait été fait. La jeune femme s’approcha doucement du salon où reposait – normalement en paix – le merveilleux instrument de musique. Elle fut subjuguée par le sourire illuminé qu’ornait le visage de sa fille et ne put se fâcher. Elle avait tellement de mal à élever sa fille, elle en avait conscience et laissait souvent sa propre mère pour qu’elle l’aide dans l’éducation de Ninon. Parce qu’elle savait bien que l’amour trop lourd qu’elle portait pour la petite l’empêchait d’être comme tous les parents, responsables et dignes. La jeune femme brune était restée une adolescente dans l’âme, elle insufflait d’ailleurs ce besoin de rester jeune à sa fille qui jamais ne quittera d’ailleurs son rire enfantin. Elle n’éduquait pas sa fille, elle l’aimait. Et c’était suffisant. Un sourire tendre naît sur les lèvres de la trop jeune mère. Souvent on lui avait dit qu’elle n’était pas une bonne mère, qu’elle serait incapable de faire de son trésor une personne bien. Elle avait été chagrinée de ça, jusqu’à ce que le trésor en question se mette à comprendre le trouble de sa mère et à la réconforter. Alors là, la brune avait compris qu’elle n’avait aucun souci à se faire, car elles étaient deux à savoir que l’amour faisait tout et suffisait amplement.

    La belle Ninon, après avoir suffisamment joué avec l’objet interdit à son goût, se leva du siège bien trop bas pour elle. Elle rencontra le regard bienveillant de sa mère mais sachant qu’elle avait fait une bêtise, elle baissa les yeux pour regarder ses pieds. Ses joues prirent une jolie teinte rosée et ses mains s’emmêlaient et se démêlaient nerveusement. Sa grand-mère n’était pas une crème et sa colère lui faisait si peur, et trop jeune pour comprendre que sa mère n’était pas pareille, elle avait peur, si peur que la voix si douce de l’amour de son enfance se mette à devenir dure et forte. Elle tremblait maintenant en attendant les remontrances qui n’arrivaient pas. Pourtant la vieille femme ne mettait pas si longtemps pour devenir rouge de rage et les pires paroles, les pires blessures qu’on puisse donner à un enfant, elle n’avait aucune gêne pour les lancer. Mais ça, la jeune femme face à l’enfant terrorisé ne le savait pas, et devant tant de peur et d’angoisse elle ne sut comment réagir. Alors resta le silence.



    CHAPITRE II



    Il aurait fait plus beau si elle n’était pas partie si tôt. Elle aurait été là, pour me soutenir, nous soutenir. Je ne suis pas assez forte, elle m’a abandonnée … Je ne sais pas comment faire, ma fierté, ma puissance, ma confiance, tout s’en est allé. Je n’ai plus que ma perle rare et le chef d’œuvre des dieux. Mais elle, qui m’a donné vie, elle n’est plus là, plus jamais. Et je sombrerai comme elle, dans les eaux ténébreuses de l’oubli de soi.

    Tout le monde était habillé de noir pour célébrer le décès de la tant aimée Evelyn, mère d’une charmante fille et grand-mère d’un trésor de vie. Londres avait décidé d’amener la pluie sur les invités, sûrement pour accompagner leur tristesse palpable. Cette dame avait été respectable jusqu’au bout, moralisatrice certes, mais prévenante. Une seule personne aurait pu laisser le chagrin de côté pour sauter de joie. La petite Ninon, âgée maintenant de dix ans, aurait pu sauter au plafond et pour de bonne raison. Beaucoup d’enfant de son âge n’aurait même pas pris la peine de ne pas sourire. Mais elle n’était pas comme ça … Elle l’avait aimé, bien trop pour quelqu’un qui lui avait donné une éducation bien trop rude. Elle remerciait sa grand-mère de l’avoir forgée, alors qu’elle n’avait fait que la réduire à la rêverie pour s’échapper de la réalité trop dur que la vieille lui donnait jour après jour en cadeau. Trop naïve, beaucoup trop emplie par l’amour, la jolie blonde n’avait pas saisi qu’elle ne méritait pas ça, elle pensait que c’était juste. Elle comprendrait plus tard, quand le temps sera passé, et qu’il ne lui restera que des souvenirs et plus cette innocence maladive qui était sienne. Ou alors elle ne comprendrait jamais, et resterait dans l’ignorance de la douleur qu’on lui avait infligée.

    Chaque membre de la famille s’approchait de la fausse où on avait déposé le corps sans vie dans son cercueil. L’allure solennelle, ils laissaient tomber une rose blanche, signe de leur amour constant. Et puis vint le tour de la fragile petite fille, probablement la personne la plus proche de la femme et pourtant celle qui l’a connaissait la moins. On avait décidé que ce serait elle la dernière à laisser la fleur et que ce serait la première à prendre une poignée de terre pour recouvrir le cercueil. La petite ne pleura pas, obéissant une ultime fois à sa grand-mère qui lui avait ordonné de ne jamais pleurer en public. La rose tomba dans un silence pesant, trop doucement et en même trop vite. Et puis l’émotion fut trop forte et quelque chose se passa. Ce n’était pas le moment pour cela, vraiment pas, mais cela fait partie des choses incontrôlables : le monticule de terre laissait sur le côté fut brusquement soulevé de terre pour prendre place précipitamment là où il était destiné finir. « Magie », c’est ce que murmura le père de la blondinette quand il perdit son hébétude. A savoir que la grand-mère était moldue, et que la plupart des personnes présentes l’étaient aussi. La mère aussi, mais elle avait été mise dans le secret. Déjà avant tous les regards étaient tournés vers la fille, mais maintenant on y lisait de la peur, de l’incompréhension, et la certitude que quelque chose clochait chez elle. Le père eut la bonté exquise d’aller chercher son enfant pour l’enlever aux regards scrutateurs traumatisant.

    Ce n’était pas le premier signe de magie chez Ninon, mais elle n’avait rien dit, ayant elle aussi peur de ce qui lui arrivait. Elle ne comprenait pas, elle avait demandé d’ailleurs à sa grand-mère si la magie n’existait pas. Celle-ci avait froncé les sourcils et l’avait puni pour dire de telles bêtises. Alors elle n’avait pas osé en parler à quelqu’un d’autre. Elle fut cependant rassurée quand son père lui expliqua tout dans le moindre des détails. Elle apprit vite, elle lut beaucoup pour rattraper son retard et son enthousiaste conquis encore une fois ses parents.

    * * *


    « Maman, écoute-moi !
    - Et tu vas me dire quoi cette fois ? Que j’aurais du faire quoi ? Hein ?
    - Maman …
    - Non, Ninon, non.
    - Très bien … »

    Je sortais en courant de la maison. Je ne voulais plus l’entendre puisqu’elle ne voulait pas m’écouter. J’en avais assez, terriblement assez. Elle était ma mère, elle était celle qui m’avait donné tant d’amour. Et puis, du jour au lendemain, on me reprend tout. C’est injuste, horriblement injuste. J’aurais du faire quoi ? Me taire, encore une fois ? Non, je ne le voulais pas. J’étais peut-être encore bien naïve, encore trop dans les nuages, mais depuis longtemps je me posais nombre de questions, des plus insignifiantes, au plus complexes. Mais elle ne voulait pas y répondre, elle me délaissait doucement. J’avais dix ans quand cela a commencé … La première année, je ne m’étais pas inquiétée, je m’étais dit que c’était seulement parce qu’un bout d’elle-même était parti, mort. Mais non, les regards sur moi se faisaient de moins en moins tendre, les mots doux de plus en plus rares, et je ne le supportais plus, je ne le supportais pas. Alors je me couchais sur l’herbe et regardais les nuages traversaient le ciel sous mes yeux, enfin apaisée. Je jouais à ce jeu des enfants, j’imaginais des créatures fantastiques qui auraient élu domicile dans le ciel sous forme de nuage, je devinais ici et là des sirènes puis plus loin un dragon. C’était si beau, je me sentais sereine. J’avais remarqué depuis un certain temps que le rêve était mon seul remède. Et l’amour aussi, mais celui-ci peut si facilement s’en aller … Alors je rêvais, et j’aimais tout de même … Dans deux jours je retournerais à Hogwart et je me réjouissais déjà. C’était là-bas que j’étais le mieux, et même si le monde magique était loin d’être le monde meilleur dont j’aspirais, il me permettait d’être loin des questions confuses que soulevait la vue de ma mère. Oui, c’était là-bas que je me sentais le mieux.


    CHAPITRE III



    « EILEEN !
    - Oh non … »

    La jeune fille ne put même pas soupirer qu’une furie blonde l’entourait de ses deux bras et l’étouffait presque avec sa chevelure blonde. Certes, elle était adorable, certes très gentille et toujours là quand il faut, mais parfois son amour sans limite pouvait être étouffant. Mais elle l’acceptait puisqu’elle était ainsi. Et qui aurait envie de changer une personne si pleine de vie ? Personne, ou alors un monstre et elle ne l’était pas. Alors elle pouvait bien subir un câlin ou deux après tout. Elle esquissa un sourire en entendant rire de plaisir son amie. Il était agréable d’être avec elle, toujours si optimiste, souriante et candide. Certains disaient qu’elle n’était encore qu’une gamine, mais personne ne la connaissait suffisamment pour savoir qu’elle cachait d’innombrables choses aux yeux des gens et se posait bien plus de questions qu’on ne le croyait. Elle était forte mais si fragile à la fois, on se laissait souvent prendre dans ce mélange de joie et de fragilité. C’était comme hypnotisant.

    « Tu m’as tellement manqué, tu n’imagines même pas !
    - Oh si, j’imagine très bien …
    - Allez ! Raconte tes vacances !
    - Toi d’abord, j’en ai marre qu’à chaque fois je suis la seule à en parler.
    - Non, j’insiste ! Allez … »

    Mais c’est qu’elle sait user du regard de chien battu ! Ca aussi, l’amie le savait. On croyait que sa vie était un fleuve tranquille, mais jamais elle n’en parlait. Pourquoi ? Probablement parce qu’elle ne voulait pas perdre le sourire, ou alors tout simplement qu’elle jugeait ça sans importance. En tout cas, des choses pas toujours très roses devaient arriver à la blondinette.

    « Bon, d’accord … »

    Et la rousse ne put que faire ce que la jeune fille demandait, et elle racontait les petits détails qui faisaient tant rire l’adolescente à l’âme à jamais d’enfant. Elle voyait bien que le regard de Ninon était hanté quand elle contait ses balades avec sa mère. Mais à la moindre question elle recevait un regard déterminé et un sourire illuminé. Alors elle se persuadait qu’il n’y avait rien, après tout elle ne pouvait rien en tirer de cette petite fille aux problèmes trop lourds pour sa conscience encore trop jeune.

    Ainsi était Ninon. Secrète sur sa vie à la maison, sur son histoire. Aimante à souhait, presqu’étouffante d’affection. Naïve au possible, maladivement optimiste, frôlant l’utopie. Innocente à l’image des enfants. Dévouée au rêve. Obéissante à tout adulte. Craintive de la moindre once de colère.

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Ninon A. Handrew

avatar

Féminin nombre de messages : 27
age : 24
copyright : gwn
pseudo : Tenshi
date d'inscription : 28/07/2009

Pensine
année du personnage: 6e année
animal: une petite souris blanche ; snowy
notes:

MessageSujet: Re: Ninon Amour Handrew | end   Mar 28 Juil - 19:25

    Et un dernier poste pour dire que j'ai fini n.n
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Druella I. Rosier

avatar

Féminin nombre de messages : 141
age : 26
copyright : GWN
pseudo : valou
date d'inscription : 13/07/2009

Pensine
année du personnage: Septième
animal: /
notes: /

MessageSujet: Re: Ninon Amour Handrew | end   Mer 29 Juil - 17:54



    Bienvenue Ninon =D

    Tu as fait une très jolie fiche, la seule chose que j'ai à dire c'est que : c'est écrit diablement pitit '-'

    Sinon, après avoir beaucoup hésité, j'ai décidé que ton personnage s'épanouirait surement très bien à Gryffondor

    Je t'invite à aller ouvrir une fiche de lien et aller piocher chez les autres !

    Bon jeu =D

_________________
[list][list]
[/list:u][list]princessbloomy @ LJ
Cauze I got no reason
to apologize, That's my
generation. I don't need
to say I'm sorry. It's not
so complicated. So listen
up, That's my generation.

The who - my generation
[/list:u]
[/list:u]
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Ninon A. Handrew

avatar

Féminin nombre de messages : 27
age : 24
copyright : gwn
pseudo : Tenshi
date d'inscription : 28/07/2009

Pensine
année du personnage: 6e année
animal: une petite souris blanche ; snowy
notes:

MessageSujet: Re: Ninon Amour Handrew | end   Mer 29 Juil - 18:00

    Merci beaucoup ♥

    J'avoue que c'est tout petit ... J'y ai pensé seulement après et je n'ai pas changé.
    Ne m'en veux pas.
    8
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: Ninon Amour Handrew | end   

Revenir en haut Aller en bas
 
Ninon Amour Handrew | end
Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» Présentation de Ninon Chaumette
» GIFI un amour de caniche toy femelle de 10 ans (34)
» la faim plus fort que l'amour
» Barikad Crew-- Amour Infini-- Honneur à la femme haitienne
» L'amour sans philosopher C'est comme le café : très vite passé. [Les Shepard && Gibbs]

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Hominum Revelio :: 

l'administration

 :: poudlard express :: sous le choixpeau
-
Sauter vers: