AccueilAccueil  FAQFAQ  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  

Partagez | 
 

 (i can't wait 'til the morning, wouldn't wanna change a thing) bonnie. (ended)

Aller en bas 
AuteurMessage
Bonnie Ainsworth

avatar

Féminin nombre de messages : 53
age : 26
copyright : emy.
pseudo : gwn.
humeur : joyeuse !
date d'inscription : 26/07/2009

Pensine
année du personnage: sixth.
animal: none.
notes: ♥ potions; ♣DCFM.

MessageSujet: (i can't wait 'til the morning, wouldn't wanna change a thing) bonnie. (ended)   Lun 27 Juil - 15:56

bonnie ainsworth
*« ce qui vérité pour l'un peut-être erreur pour l'autre »

âge & année d'étude ; quinze ans, sixième année.
date & lieu de naissance ; quatorze décembre mil neuf cent quatre-vingt dix-huit.
origines & pureté ; bonnie vient d'une famille de Sang Pur sans l'être... elle a toujours vécu avec la famille Ainsworth mais est en réalité une Sang Mêlé - sa mère ayant "batifolé" avec un né moldu sans le savoir. cependant, à Poudlard, tout le Monde pense qu'elle est de Sang Pur.
orientation sexuelle ; hétérosexuelle.



gwn
*« c'est de l'identité qu'est née la différence. »

    âge ; eighteen.
    temps de connexion ; tous les jours sauf en cas de séjour :)
    comment as-tu connu le forum et comme le trouves-tu ? par l'intermédiaire du forum Duck Luck avec lequel vous êtes partenaires. Et j'adore ce forum *-* l'intrigue me plait énormément et le design est parfait !
    votre personnage est-il un personnage vacant ? non, personnage inventé.
    personnalité sur l'avatar ; Ashley Greene
    Code:
    Ashley Greene[color=lightblue]►[/color] [i]Bonnie Ainsworth[/i]


Dernière édition par Bonnie Ainsworth le Lun 27 Juil - 16:56, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Bonnie Ainsworth

avatar

Féminin nombre de messages : 53
age : 26
copyright : emy.
pseudo : gwn.
humeur : joyeuse !
date d'inscription : 26/07/2009

Pensine
année du personnage: sixth.
animal: none.
notes: ♥ potions; ♣DCFM.

MessageSujet: Re: (i can't wait 'til the morning, wouldn't wanna change a thing) bonnie. (ended)   Lun 27 Juil - 16:07




hominum revelio
*« part a; what you thought good was actually bad. »

    MARS1998.

    Assise dans un sofa couleur vert bouteille, Seraphina contemplait les flammes s'embrasant au coin de la cheminée d'un regard perplexe. La nuit était tombée depuis peu et nombre de ses camarades de classe avaient rejoint les dortoirs. Mais pas elle. Indécise, elle cherchait à savoir si elle le ferait. Si elle rejoindrait Isaac à vingt-deux heures, dans le parc, comme prévu. Cela faisait des mois qu'il lui courrait après. Le Serpentard de septième année avait toujours essayé d'attirer l'attention de la belle. Mais Seraphina, n'ayant jamais entendu parler de sa famille, et faisant attention à ses fréquentations, avait toujours repoussé ses avances. Pourtant, qu'est-ce qui l'arrêtait ? Il avait toujours clamé haut et fort appartenir à une famille de Sang Pur vivant en Ecosse depuis des décennies. Une famille discrète, disait-il. Elle n'en avait jamais eu la preuve, pourtant, et voilà ce qui la bloquait. Isaac était pourtant un garçon charismatique et populaire à Poudlard, en ces temps troubles que vivait le Monde Magique. La jeune fille haussa les sourcils : sa famille avait toujours était du coté du Maître des Ténèbres et elle n'y avait jamais fait opposition. Et ce Harry Potter, ce garçon si puéril, si stupide qu'il se croyait être l'élu, celui qui parviendrait à « sauver » les sorciers. Balivernes. Seraphina savait bien qu'il n'était rien d'autre qu'un garçon qui avait la grosse tête, un Gryffondor qui croyait être au dessus de tout.
    Un sourire se posa sur ses lèvres. Elle contempla alors sa montre magique, qui indiquait vingt et une heure quarante neuf. Fronçant les sourcils, elle finit par se lever. Après tout, ce n'était qu'un rendez-vous...

    La belle sortit des cachots d'un pas discret. Poudlard était désormais dirigé par les forces obscures : depuis que Dumbledore avait périt, les Mangemorts s'étaient infiltré au sein de l'illustre école de magie. Seraphina ne craignait rien, ils n'oseraient pas sans prendre à une Ainsworth. Doucement, elle atteignit les escaliers dont elle gravit les marches en silence. Quelques minutes plus tard, le froid extérieur s'empara d'elle, et la jeune femme resserra sa cape autour d'elle. La morsure du vent sur ses joues se faisait sentir et pourtant elle continua à marcher calmement, avec un sang froid hors du commun. Elle arriva alors bientôt près du lac et le vit. Sa silhouette se découpait sous l'éclat lunaire et elle sentit un frisson d'excitation s'emparer d'elle. Elle s'approcha doucement et enfin, il se retourna, croisant son regard. Elle arriva près de lui et le dévisagea. Ses cheveux d'un blond cendré désordonnés avec soin lui donnait un air rebelle, contrastant avec son regard brun parfait, sa beau quasiment translucide. Immédiatement les frissons dus au froid cessèrent tandis qu'elle le contemplait. Elle le vit soulever les sourcils, puis déclarer :

      « Alors, finalement, tu es venue. Je n'y croyais même plus. »

    Il se rapprocha doucement. Dangereusement. Elle leva les yeux au ciel obscur et répondit :

      « Je suis venue sur un coup de tête. Au dernier moment. »
      « Ce n'est pas grave, tant que tu es là. »

    Doucement, il lui prit la main. Elle faillit le repousser mais quand la chaleur de sa peau vint rencontrer la sienne, elle frissonna doucement. Ce qui n'avait rien avoir avec la froid environnant. Ses propres doigts vinrent enlacer ceux de Prescott dont elle vit les yeux animés d'un éclat inconnu. Il lui sourit et se pencha alors vers elle, posant ses lèvres tout contre les siennes. Son cœur battait à tout rompre quand elle reçut le baiser du garçon, si fort d'ailleurs, qu'elle cru qu'il allait s'en échapper. Leurs lèvres se rencontrèrent, faisant connaissance. La jeune fille hésita un moment avant de se laisser aller au rythme d'un baiser presque timide. Il y avait cette petite voix, pourtant, qui lui disait : « ne fait pas ça, Seraphina, tu ne le connais même pas ». Elle se dégagea alors doucement de son étreinte, et tandis qu'il se penchait déjà pour saisir ces lèvres sucrées, elle le repoussa alors. Elle fit un pas, puis deux, en arrière. Le jeune homme paraissait déçu, insatisfait. Ses yeux brillaient désormais d'excitation, la même qui s'était installée chez la jeune fille. Chez Seraphina, c'était un débat entre la prudence et l'attirance. L'esprit contre la force du corps. Finalement, elle revint vers lui et l'attira vers elle, ses deux mains posées sur ses joues qui lui brûlaient, elle s'engagea dans un baiser passionné. Elle sentit les bras du garçon lui serrer la taille avec ferveur. Ses mains à elle finirent par se poser sur sa nuque, avant de glisser le long de son dos. Emportée par un élan de désir et d'excitation, ses doigts finirent par se poser sur les boutons de la chemise du garçon qu'elle enleva un par un avant de lui retirer sa chemise. Reculant un instant son visage du sien, elle posa ses doigts sur les traits de son visage avant de venir décrire les contours de ses lèvres. Elle partit ensuite explorer ce torse musclé et appréciable, puis le garçon prit les choses en main. Le corps et ses bas instincts avaient gagné contre la raison de l'esprit.

    Ce fut une soirée délicieuse, chargée d'émotions diverses et variées. Une soirée que ni l'un ni l'autre n'oublieraient.
    Jamais.
    Et pourtant, ladite soirée était une erreur, qui bouleverserait toute une vie.


*« part b; eternal mistake. »


    JUIN2003.

    Le Manoir des Ainsworth se trouvait à l'écart de Londres et de sa métropole bruyante. Un coin reculé et calme où cette richissime famille de Sang Purs avait élu domicile bien des années plus tôt. C'était une famille reconnue dans le Monde Sorcier, qui avait su imposer ses membres au sein de cette sphère privée qui les avait vu évolué tour à tour. Cornelius Ainsworth, le doyen actuel de la famille et père de Seraphina, était un homme qui avait beaucoup de pouvoir. Il exerçait une fonction hautement placée au Ministère de la Magie et malgré le fait que beaucoup désiraient le voir prendre sa retraite, il n'en était rien et le vieil homme occupait toujours sa fonction avec une détermination peu commune. Sa femme, Beatrix, était quant à elle une femme redoutable qui faisait froid dans le dos. Elle abordait sans cesse cette expression glaciale qui vous donnait l'envie d'aller vous cacher le plus loin possible. Elle était l'une des adeptes les plus ferventes des forces du mal et ne s'en cachait pas. Même sa fille semblait parfois avoir peur d'elle, c'était pour dire !

    Quelques années plus tôt, une crise avait traversé cette famille. Depuis, les relations restaient tendues entre Seraphina et ses parents, bien qu'elle vivait toujours chez eux.

      « C'est toujours la même chose avec toi, Seraphina. En agissant de la sorte, tu as trahis les tiens, c'est une chance si l'on accepte encore que tu vives ici, parmi nous ! »
      « Mais ça fait cinq ans que tu me le répète ! Chaque fois. Tout le temps ! J'en ai assez de voir cette haine dans ton regard, ce dégoût permanent. Quand pourras-tu me pardonner, une bonne fois pour toute ? Quand ? »
      « Jamais. »

    Derrière la porte du salon, une petite fille suivait la conversation, une lueur malicieuse dansait dans son regard tandis qu'elle voyait sa mère et son grand-père se disputer. Ces querelles avaient bercé ses premières années : elle y était habituée. Elle connaissait les arguments, les phrases qui se répétaient sans cesse. Elle n'avait que cinq ans et pourtant, en savait bien plus que ce qu'elle ne le laissait paraître. C'était une petite intelligente et maligne ; malgré son jeune âge, elle avait déjà tout comprit.

      « Jamais ? Jamais ! Tu es intraitable avec moi ! Ta propre fille ! Je sais ce que j'ai fait, je reconnais mon erreur. Je l'assume. Je me suis excusée mille fois, je demande juste un pardon. Rien que ça. »
      « Tu ne te rend pas compte de la gravité de ton acte, Seraphina ! Je ne sais pas comment te le faire comprendre. Un Sang de Bourbe ! »
      « Je ne le savais pas... »
      « Tu aurai du te renseigner ! »

    Une larme coula le long de sa joue et c'est à ce moment précis que l'enfant décida de s'élancer dans la pièce. Elle rejoignit sa mère et lui prit la main avec une douceur. Et, comme toujours, elle fit l'innocente, celle qui ne comprenait pas ce qu'il passait :

      « Maman, pourquoi tu cries ? Pourquoi tu pleures ? »
      « Bonnie, viens ici s'il te plait. »

    La petite acquiesça et vint à la rencontre de son grand-père. Celui-ci la prit sur ses genoux et lui sourit. C'était une chose rare chez le vieil homme, un sourire, et pourtant cela se produisait à chaque fois qu'il rencontrait le regard de sa petite fille. Malgré les préjugés, elle était aimée de ses grands parents.

      « Ce n'est rien ma chérie. Tu n'y es pour rien, ce n'est pas de ta faute. »

    Il jeta un regard noir à sa fille avant d'observer Bonnie.

      « Plus tard, tu comprendras. Plus tard, tu auras le droit de détester ta mère à cause de ça. »
      « PERE ! »
      « A cause de ça quoi ? »
      « Silence, Seraphina. A cause de ton sang, ma chérie. »
      « Eh bien ? Il est rouge, comme tout le Monde, et il coule à chaque fois que je me blesse. »

    Une expression faussement perplexe s'installa sur ses traits tandis que son grand-père la serrait dans ses bras :

      « Oui, ma belle. Mais ce n'est pas de ce dont il s'agit. Je te promet de te l'expliquer. Quand tu seras grande. »

    La petite acquiesça d'un hochement de la tête avant de la poser sur l'épaule de Cornelius.


Dernière édition par Bonnie Ainsworth le Mar 28 Juil - 20:46, édité 4 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Bonnie Ainsworth

avatar

Féminin nombre de messages : 53
age : 26
copyright : emy.
pseudo : gwn.
humeur : joyeuse !
date d'inscription : 26/07/2009

Pensine
année du personnage: sixth.
animal: none.
notes: ♥ potions; ♣DCFM.

MessageSujet: Re: (i can't wait 'til the morning, wouldn't wanna change a thing) bonnie. (ended)   Lun 27 Juil - 16:22

*« part c; when you wanna meet muggles and you see how it's wrong.. »


    JANVIER2006.

    La petite Ainsworth avait grandi au cours de ces quelques années. Autant d'un point de vue physique que moral. Ses longues boucles brunes, hérités de sa mère, retombaient dans son dos avec une élégance rare. Pour une petite fille de sept ans, elle n'était pas bien grande et pourtant possédait une fine silhouette contrastant avec les traits enfantins qu'elle avait gardé. Elle possédait un teint diaphane admirable mais qui ne lui permettait pas de se découvrir au soleil, tellement elle y était sensible. Ses grands yeux étaient d'un brun profond. Pour ainsi dire, elle ressemblait beaucoup à sa mère. Parfois même, dans la rue, on les prenait pour des soeurs, il fallait dire qu'il n'y avait pas grande différence d'âge, à peine dix-huit années. Elle faisait l'admiration de bon nombre de personnes de l'entourage des Ainsworth : les plus vieux s'extasiaient devant tant de beauté, et chaque fois qu'on la voyait c'était le même refrain ennuyeux : « oh comme elle a changé ! » ou encore « la ressemblance avec Seraphina est frappante ! ». Que de compliments, que de sourires. Avec de tels compliments, comment ne pas prendre la grosse tête ? En effet, la jeune fille n'était pas des plus faciles à vivre. Derrière ce visage d'ange se cachait une petite fille obstinée, un peu capricieuse. A son âge, elle était déjà très intelligente et comprenait tout ce qu'on lui disait : elle était maligne, rusée et savait comment obtenir ce qu'elle désirait. Pourtant elle conservait cette image de petite fille calme, et lorsqu'on ne la connaissait pas, on aurait pu croire qu'elle était presque parfaite : tendre et douce, calme et posée. Mais méfiez-vous toujours de l'eau qui dort, en apparence.

    La jeune fille n'allait pas à l'école : ses grands-parents avaient décidé de lui offrir la même éducation qu'à Seraphina : leur petite fille recevrait des cours particuliers à domicile. C'est ainsi que les précepteurs vinrent tour à tour lui donner plusieurs cours : anglais, algèbre, physique, français, histoire de la magie, étude des différentes formes de magie, et même astronomie. A sept ans, elle avait déjà droit à une multitude de cours. Ses professeurs venaient des quatre coins de l'Angleterre et étaient toujours en admiration devant les talents de cet enfant. Il fallait dire qu'elle comprenait et retenait rapidement les théories et conseils. Elle réussissait toujours les interrogations données sans même revoir les cours : seule l'attention durant ceux-ci lui permettait d'avoir de bonnes notes. Ses grands-parents la destinait déjà à de grandes choses, pour eux c'était une petite prodige. L'amour rend aveugle, bien sûr, car ils ne voyaient en elle qu'une petite fille calme et douée. Or, sa mère savait bien quelle était la face cachée de son enfant.

    Bonnie avait droit à une bonne. Elle s'appelait Grace et elle l'adorait. Celle-ci lui permettait de sortir de la sphère privée des Ainsworth et de pouvoir découvrir le Monde extérieur. C'est ainsi qu'elle avait droit à des visites dans le parc avec elle : elle pouvait écouter le chant des oiseaux, étudier leur vol parfait. Mais surtout, quand Grace avait le dos tourné, elle allait à la rencontre d'autres enfants. Elle ne connaissait que les enfants des amis de sa mère et de ses grands-parents : des petits sorciers pour la plupart mesquins, au sourire narquois. Elle n'en aimait pas beaucoup, en réalité. Mais elle s'intéressait depuis peu à d'autres enfants : ceux qui jouaient au vélo dans la rue ou avec une balle ronde qu'ils s'amusaient à envoyer entre deux poteaux. Bonnie n'avait jamais bien comprit l'intérêt d'un tel sport mais cela ne l'empêchait pas de les observer de son banc avec envie. Car ces enfants paraissaient joyeux, souriants et débordant de vie. Elle les enviait : son existence était parfois bien monotone.
    Une après-midi, elle s'avança vers un petit garçon de huit ou neuf ans avec un grand sourire. Grace était partie chercher des friandises à la boutique au coin du parc et elle en avait profité. La petite arriva à la hauteur du garçon et déclara :

      « Je peux jouer avec vous au ballon ? »

    Le garçon haussa un sourcil, surpris. Il s'appelait Daniel, possédait de grands yeux vert qu'enviait la jeune Ainsworth.

      « Mais... tu es une fille ! »
      « Eh alors, je suis sûre que je peux être aussi forte que vous. Il suffit d'envoyer d'un coup de pied le ballon jusqu'entre les poteaux là-bas, non ? Cela ne m'a pas l'air si difficile ! »

    Le garçon réfléchit un instant, hésita, avant d'acquiescer :

      « Hm, oui, bon c'est d'accord. Tu n'as qu'à venir dans mon équipe, avec James, on joue contre Peter, Jim et Louis. »
      « Merci. »

    C'est ainsi qu'elle fit ses premiers pas dans ce jeu appelé soccer. Quand elle avait la balle, elle parvenait toujours à s'éloigner de ses adversaire avec grâce. Elle oubliait souvent de faire des passes, ne pensait qu'à marquer. Malgré les protestations de ses camarades, elle faisait gagner du terrain à son équipe avec ses nombreux buts. Toutefois, à un moment, Jim parvint à lui prendre la balle et James lui cria d'aller protéger les « buts » - les poteaux en fait. La petite fille couru jusqu'à ces derniers et quand Jim s'élança, envoyant le ballon vers le poteau droit, elle plongea. Elle ne fut pourtant pas assez rapide et le ballon atteint rapidement le poteau. Au moment où elle allait entrer entre les deux, pourtant, une sorte de champ de force invisible la renvoya à l'autre bout du terrain, entre les deux poteaux du camp adverse. Bonnie, toujours à terre, observa avec des yeux ronds le ballon au loin. Les cinq autres garçons la dévisagèrent avant que Daniel ne s'écrit : « mais qu'est-ce que tu as fait ? Et comment ? ». La petite fille se releva avec difficulté, se frotta les mains pleines de boue, et sourit à ses camarades. Elle ouvrit la bouche, mais n'eut pas le temps de parler car déjà Grace revenait, les joues rouges de honte, affolée. Elle s'était attardée à l'épicerie où elle avait discuté avec le gérant... Elle attrapa la main de la petite fille qu'elle tira vers elle et marcha rapidement vers la sortie du parc, puis vers la maison :

      « Comment as-tu pu me faire ça, Bonnie ? Je vais me faire renvoyer de par ta faute ! »
      « Mais, mais tu as vu ce que j'ai fait ? C'était génial ! Au début ils ne m'acceptaient pas parce que j'étais une fille, mais tu as vu ? Ah ! Je les ai bien eu ! Je les ai tous battu ! »
      « Bonnie, ne retourne jamais avec ces garçons, tu m'entends ? Jamais ! »
      « Mais... »
      « Ne proteste pas ! »

    Bonnie vissa son regard vers le sol, penaude, avant d'enfin arriver au Manoir des Ainsworth. Elle ouvrit la porte et s'engouffra à l'intérieur, ses yeux rieurs contrastant avec sa moue boudeuse. Elle rejoint sa mère dans le salon et s'assit à coté d'elle.

      « Alors ma chérie, tu t'es bien amusée dans le parc avec Grace ? »

    La petite leva son visage vers sa mère et hésita avant de se lancer :

      « Oh oui si tu savais ! J'ai rencontré des garçons et on a joué au soccer, c'était génial si tu m'avais vu les... »
      « Tu as QUOI ? »
      « J'ai joué au soccer ... »

    Les joues de Seraphina virèrent au rouge en moins de temps qu'il n'en faut pour le dire. Et sbam, elle gifla sa fille :

      « Combien de fois t'ai-je interdit de jouer avec ces vulgaire moldus ?! Ils ne te méritent pas, tu ne dois jamais t'en approcher. Ce ne sont que des... des... »
      « Mais maman ! »
      « Non, Bonnie, il n'y a pas de maman qui tienne, ne t'approche plus jamais de ce genre de personne ! Tu n'as pas ta place au sein d'eux ! »
      « D'accord... »
      « Ai-je ta parole ? »
      « Oui maman... »

    La petite fille sauta du sofa et partit en courant dans sa chambre s'énerver toute seule, maudissant ces adultes qui croyaient pouvoir diriger sa vie.



*« part d; it was forbidden, it was so strange, but he's my father. »


    DECEMBRE2008.

      « JOYEUX ANNIVERSAIRE BONNIE ! »

    La petite fille sourit avant de s'étirer doucement. C'était le matin de ses dix ans. Oui, nous étions le quatorze décembre, et on pouvait dire que Bonnie avait attendu ce jour avec impatience !

      « Merci maman ! »

    Elle serra sa mère dans ses bras, posant sa tête sur son épaule avant de lui déposer un baiser sur la joue. Elle avait toujours entretenu de bonnes relations avec elle : elles s'entendaient à merveille. Il n'y avait eu qu'un épisode tragique au cours duquel elle avait levé sa main sur elle, mais c'était bel et bien la seule et unique fois. Seraphina caressa les longs cheveux de sa fille avant de se redresser :

      « Tu viens ? Tes grands parents ont encore fait les choses en grand, comme toujours quand il s'agit de toi ! Viens ! »

    Bonnie se leva sans protester et suivit sa mère dans les couloirs, puis descendit les marches du grand escalier de marbre avant de se diriger vers le salon. Ses grands parents étaient là, assis l'un et l'autre aux deux bouts de la grande table où ils déjeunaient. Quand elle entra dans la pièce le sourire de sa grand-mère s'élargit :

      « Mon enfant ! Déjà dix ans ! Joyeux anniversaire, ma Bonnie ! »

    Et à son grand-père d'ajouter :

      « Joyeux anniversaire, ma chérie ! Viens par ici que je vois comme tu as grandit ! »

    Elle s'avança vers lui et le vieil homme la prit sur ses genoux, la contemplant comme s'il s'agissait d'un rare joyau.

      « Tu es tellement jolie, ma Bonnie ! Je suis sûre que tu deviendras quelqu'un, plus tard ! »


    Elle lui sourit avant de se retirer et d'aller s'asseoir à coté de son grand-père pour prendre son petit déjeuner. Au terme de celui-ci, ses grands parents lui annoncèrent qu'ils avaient prévu une soirée en l'honneur de ses dix ans, et avait réunis tous leurs amis. Elle sourit à nouveau, les remercia et allait sortir de table quand sa grand-mère vint vers elle et lui déposa un petit paquet au creux de sa main :

      « Voici ton premier présent. J'espère que ça te plaira ! »

    Bonnie entreprit d'ouvrir le petit paquet. Il était vraiment petit et elle ne mit pas bien longtemps à découvrir son contenu : il s'agissait d'un long collier orné de pierres précieuses. Elle sauta au cou de sa grand-mère après l'avoir enfilé, la couvrant de baisers. Celle-ci lui expliqua qu'il avait appartenu à la famille depuis des générations, et que l'on offrait ce collier aux dix ans de l'ainée de la prochaine génération. Elle remercia une dernière fois tout le Monde avant de se retirer de la pièce et d'aller se préparer. Elle enfila une jolie robe blanche : malgré le froid de Décembre, il lui fallait une jolie tenue pour son anniversaire. Elle arrangea ses cheveux avant de décider d'aller se promener dans la cour. Ce jour-là elle n'avait aucun cour exceptionnellement. Elle en profitait donc. La jeune fille enfila un manteau et mit une écharpe autour de son cou nu et sortit donc dans la cour du Manoir. Elle s'assit sur un banc et inspira lentement, laissant l'air glacial faire son entrée dans ses poumons. Elle ferma les yeux un instant, profitant du calme et de la sérénité du moment.

    Alors que le temps s'écoulait doucement, elle entendit un raclement de gorge. Fronçant les sourcils, elle ouvrit les yeux et vit un homme derrière le grand portail de la maison. Il n'avait pas sonné à celui-ci, se contentait juste de la regarder. Elle se leva et alla à son rencontre. Elle s'arrêta devant lui, s'attendant à ce qu'il dise quelque chose mais il n'en fut rien. Perplexe, ne sachant que dire, elle laissa l'inconnu la dévisager avec attention. Au bout d'un moment, elle finit par demander :

      « Bonjour... »
      « Bonjour, Bonnie. »

    Elle hésita avant de demander :

      « Excusez-moi, mais nous connaissons-nous ? »
      « Bien sûr que l'on se connait. »

    Elle remarqua ses yeux qui pétillaient, légèrement embués et poursuivit :

      « Pardon mais... je ne vous reconnais pas, moi. »
      « C'est normal puisque tu ne m'as jamais rencontré. Mais moi je te connais, Bonnie. D'ailleurs, je voulais te souhaiter un joyeux anniversaire ! Tu es si grande maintenant, et si jolie. Tu ressembles tellement à Seraphina. »

    Il soupira avant de sortir quelque chose de sa poche et de le lui tendre :

      « Tiens, c'est pour toi. Seulement, promet-moi de ne pas le montrer à ta maman. Tu l'ouvriras quand je serai parti. »

    Elle prit le paquet avant de demander :

      « Mais qui êtes vous ? »
      « Ton père, Bonnie. Je suis ton père. »

    La gorge de la jeune fille se noua, et une boule se constitua dans son ventre.

      « Je... vous devez faire erreur. Je n'ai pas de père. »

    Elle tourna les talons, mit le petit paquet dans sa poche et se dirigea vers l'entrée, des larmes perlant au coin de ses yeux. Elle n'entendit qu'un vague « ne pars pas ! » mais continua sa route. Elle frotta ses pieds sur le tapis de l'entrée et partit se réfugier dans sa chambre. Elle s'assit sur son lit et ressortit le paquet dont elle déchira l'emballage. Il s'agissait d'un petit médaillon. Elle l'ouvrit avec délicatesse et découvrit une photo de son... de son père. Elle datait de plusieurs années car le jeune homme qu'elle voyait portait l'uniforme de Poudlard. Il agitait sa main vers elle, souriant à l'objectif. A coté il y avait un petit mot. Deux mots seulement. Sept lettres. « Je t'aime. »


Dernière édition par Bonnie Ainsworth le Lun 27 Juil - 17:01, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Bonnie Ainsworth

avatar

Féminin nombre de messages : 53
age : 26
copyright : emy.
pseudo : gwn.
humeur : joyeuse !
date d'inscription : 26/07/2009

Pensine
année du personnage: sixth.
animal: none.
notes: ♥ potions; ♣DCFM.

MessageSujet: Re: (i can't wait 'til the morning, wouldn't wanna change a thing) bonnie. (ended)   Lun 27 Juil - 16:55

*« part e; you know it's hurt to grow up. »


    SEPTEMBRE2014.

    Bonnie soupira et observa le paysage défiler derrière la vitre froide du Poudlard Express. La jeune fille allait entamer sa sixième année à l'école de magie de Poudlard et était âgée de quinze ans – elle en auras seize en décembre. Elle avait beaucoup changé : désormais c'était une vraie jeune fille, une adolescente passionnée. Elle se souvient encore de ses débuts à Poudlard... du Choixpeau Magique sur sa tête, à craindre d'être envoyée à Poufsouffle ou Gryffondor. Elle avait voulu Serpentard à tout prix, au pire, elle aurait accepté Serdaigle également. Mais dans sa famille, tout le Monde avait été à Serpentard, donc... La jeune fille était désormais bien plus âgée, l'an passé elle avait passé ses B.U.S.E, qu'elle avait obtenu haut la main. C'était quelqu'un de perfectionniste, qui voulait toujours faire du mieux qu'elle le pouvait. Elle était également obstinée, et quand elle voulait quelque chose, il était rare qu'elle ne l'aie pas. Mais c'était aussi une jeune fille instable, qui avait toujours souffert de l'absence de son père. Personne n'aurait soupçonné une infime part de faiblesse chez la jeune Ainsworth et pourtant c'était là un point sensible. Après tout, n'était-elle pas une erreur de la nature ?

    Physiquement, elle avait pas mal évolué également. Elle avait un peu grandi, bien que toujours petite pour son âge et sa silhouette était toujours aussi mince, à la différence près que les formes de l'adolescence étaient venus s'y ajouter. C'était une belle fille, il n'y avait rien de moins sûr : sa longue chevelure brune contrastant avec le teint clair de sa peau et ses grands yeux brun, elle avait pas mal de prétendants pour ne rien vous cacher. Et on ne pouvait pas dire qu'elle n'en profitait pas. A Poudlard, c'était « Bonnie Ainsworth, la Sang Pur de la célèbre famille ». Évidemment. Personne ne savait qu'en réalité elle n'était qu'un bâtard, fruit d'une union défendue. Que son sang n'était pas pur, et cela à cause d'un père né moldu... D'un sang de bourbe. Malgré ça, elle gardait toujours le médaillon qu'il lui avait offert, autour du cou. C'était une sorte de porte bonheur et elle ne savait s'en séparé bien qu'elle ait tenté de le faire à de nombreuses reprises. Si jamais quelqu'un connaissait la nature de son secret, sa vie s'en trouverait bouleversée. La célèbre peste du Château, cette fille populaire que la moitié des filles détestaient, deviendrait une menteuse suivie d'une moins que rien. Une sang-mêlée.

    A Poudlard, la jeune fille était assez différente de chez elle, au Manoir des Ainsworth. C'était quelqu'un qui aimait faire la fête, assez enjôleuse, qui avait déjà eu pas mal d'aventures. Elle n'avait jamais été amoureuse de sa vie et ne s'en cachait pas, elle préférait de loin s'amuser malgré son jeune âge. Elle débordait pour la plupart du temps de joie de vivre, et c'était là le plus difficile : qui détestait une fille qui paraissait si gentille ? Bien évidemment, ce n'était qu'une façade car elle savait commettre les pires coups, tout ce qu'il y avait de plus bas. Elle avait pas mal d'amies, heureusement, et la plupart étaient de sa maison. Mais elle avait surtout des relations avec la gente masculine. C'était une fille charismatique qui attirait qui elle voulait. Elle aurait pu avoir le Monde à ses pieds, si elle le voulait. Et malgré ça, elle restait et persistait instable. Elle avait parfois des crises en pleine nuit, où les larmes coulaient en un flot continu. Il arrivait qu'elle se réveille avec l'envie de se rendormir et de ne plus jamais ouvrir les yeux. Elle buvait, fumait, et n'était pas raisonnable. C'étaient là les seuls moyens qu'elle avait trouvé pour fuir sa réalité, s'exiler de son mensonge.

    Elle représentait ce qu'elle détestait : une menteuse, une erreur, un bâtard.
    Et c'était là la triste réalité.


    Bonnie essuya la buée installée sur la fenêtre et son regard se leva vers le soleil avec un sourire triste accroché à ses lèvres. Elle jeta un coup d'oeil à ses amis, assis dans le même compartiment qu'elle et annonça :

      « Espérons que cette année soit à la hauteur... »

    THE END_


Dernière édition par Bonnie Ainsworth le Lun 27 Juil - 20:16, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Pheonix Rowe Greyback

avatar

Féminin nombre de messages : 44
age : 25
copyright : emiche.
pseudo : emiche.
date d'inscription : 18/07/2009

Pensine
année du personnage: poudlard est derrière moi
animal: mon loup, une partie de mon âme.
notes:

MessageSujet: Re: (i can't wait 'til the morning, wouldn't wanna change a thing) bonnie. (ended)   Lun 27 Juil - 18:25

    j'sais pas si j'ai le droit de poster mais kyaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaa magnifique ma guindo d'amour, c'trop trop trop bien. autant te dire que je veux un super lien avec bonnie (L)
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Jewel Robinson

avatar

Féminin nombre de messages : 1044
age : 26
copyright : gwn
pseudo : insuline
humeur : dégoutée, et encore, c'est un euphémisme.
date d'inscription : 13/05/2008

Pensine
année du personnage: sixième année.
animal: Pégaze, un chartreux.
notes:

MessageSujet: Re: (i can't wait 'til the morning, wouldn't wanna change a thing) bonnie. (ended)   Lun 27 Juil - 20:10

    Bienvenue Bonnie 15 Ta fiche est superbe, originale qui plus est, car c'est vrai qu'on voit peu d'enfants nés de cette façon sur les forums, et c'est bien dommage à mon avis

    Brefouille, je te valide sans plus attendre, à Serpentard, puisque cette maison est si chère aux yeux de Bonnie et de sa famille.

    Il y a juste une petite erreur dans ta fiche par rapport à son anniversaire, tu as écrit décembre en début de fiche et plus tard, tu dis qu'elle fêtera son anniversaire en septembre, mais je pense que c'est une étourderie =p.

    Excellent jeu Wink
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Bonnie Ainsworth

avatar

Féminin nombre de messages : 53
age : 26
copyright : emy.
pseudo : gwn.
humeur : joyeuse !
date d'inscription : 26/07/2009

Pensine
année du personnage: sixth.
animal: none.
notes: ♥ potions; ♣DCFM.

MessageSujet: Re: (i can't wait 'til the morning, wouldn't wanna change a thing) bonnie. (ended)   Lun 27 Juil - 20:17

(merci Miiche ♥)

Merci Jew' :D je viens de voir l'erreur et je l'ai réctifiée, c'était bien une étourderie x)
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: (i can't wait 'til the morning, wouldn't wanna change a thing) bonnie. (ended)   

Revenir en haut Aller en bas
 
(i can't wait 'til the morning, wouldn't wanna change a thing) bonnie. (ended)
Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» Good Morning England - Demande de partenariat
» It's gonna be legen... wait for it [qui veut :3] dary.
» 02. Wait a minute girl, can you show me to the party ?
» Good morning, Ireland ! (23/01/12 à 10h12)
» It's Gonna Be Legen..wait for it..Dairy ! (or not)

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Hominum Revelio :: 

l'administration

 :: poudlard express :: sous le choixpeau
-
Sauter vers: