AccueilAccueil  FAQFAQ  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  

Partagez | 
 

 Là, tout n'est qu'ordre et beauté, Luxe, calme et volupté. | narcisse b. end

Aller en bas 
AuteurMessage
Narcisse E. Brightside

avatar

Féminin nombre de messages : 26
age : 25
pseudo : {Radi0-Active
date d'inscription : 18/07/2009

Pensine
année du personnage: Sixième année
animal: un rat noir : Ovide
notes:

MessageSujet: Là, tout n'est qu'ordre et beauté, Luxe, calme et volupté. | narcisse b. end   Sam 18 Juil - 10:22

narcisse elias brightside
*« The darkness floods every light that could promise change »

âge & année d'étude ; 16 ans & sixième année.
date & lieu de naissance ; Né le 09 août 1998 à Paris, France.
origines & pureté ; Origines françaises et britanniques & Sang-mêlé, néanmoins, se prétend pur pour ne pas attirer l'attention.
orientation sexuelle ; Bisexuel.

hominum revelio
*« With all emotions set aside in a whisper say goodbye »

    Prélude = 524 mots.
    Chapter One = 1 413 mots.
    Chapter Two = 1 804 mots.


fiona
*« Am I the only one who thinks it's tragic ? »

    âge ; 16 ans.
    temps de connexion ; Quotidien, sauf absence d'une journée par moment.
    comment as-tu connu le forum et comme le trouves-tu ? Par un mailing de a part de Valou (alias Druella ici =P) J'étais sur Patat' (a)
    votre personnage est-il un personnage vacant ? Nope.
    personnalité sur l'avatar ; Nicolas Bemberg.


Dernière édition par Narcisse E. Brightside le Mar 21 Juil - 21:00, édité 6 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Narcisse E. Brightside

avatar

Féminin nombre de messages : 26
age : 25
pseudo : {Radi0-Active
date d'inscription : 18/07/2009

Pensine
année du personnage: Sixième année
animal: un rat noir : Ovide
notes:

MessageSujet: Re: Là, tout n'est qu'ordre et beauté, Luxe, calme et volupté. | narcisse b. end   Sam 18 Juil - 10:22



« Prélude »


    Être né l’année du Combat n’est pas une tâche aisée. On se figure que l’enfant est touché par l’essence pur de la magie noire ou de la magie blanche. On pense que s’il est envoyé chez Serpentard, ce sera un mangemort. S’il va à Gryffondor, ce sera un membre de l’Ordre du Phœnix. S’il est envoyé chez Serdaigle, il sera assez intelligent pour ne pas rester au Royaume-Uni. Et enfin, s’il va chez Poufsouffle, on le retrouvera livide, dans son salon quelque jours après l’obtention de son diplôme. Non, vraiment, il n’est pas bon naître en 1998. Malheureusement, on ne choisit pas le jour où l’on viendra au monde. Entre son père sorcier, pur britannique et descendant d’une lignée autrefois prestigieuse, mais aujourd’hui réduite à mordre la poussière et une mère moldue française, ancienne meneuse de revue au Lido parisien, l’enfant est, contre toute attente, plutôt bien tombé. Né sous le nom de Narcisse Elias Brightside, il voit le jour un 09 août. Beau jour, mais pas très intéressant pour le reste du monde, si ce n’est que les sorciers se remettent doucement du choc qui a ébranler leur monde quelques mois plus tôt. Narcisse, prénom français faisant référence au célèbre héros des Métamorphoses, seul livre lu et aimé par sa mère. Ne reflétant absolument pas le caractère du jeune homme, il le porte pourtant avec fierté, trouvant cette originalité rassurante. Concernant son second prénom, Elias, il le tient de son grand-père paternel, dernier de la famille Brightside à être resté en vie plus de 75 ans.

    Narcisse apprenait vite et bien. Assidu et passionné, il se livrait à toutes sortes d’activité, cherchant sa « voie moldue » comme il l’appelait. Il la trouva vers ses 10 ans en esquissant pour la première fois le portrait de sa sœur, Hope. Elle est âgée de 4 ans de plus que lui et se comporte en sœur exemplaire. Son enfance étant presque comme celle de tous les enfants sorciers, Narcisse ne s’étend jamais dessus. Mis à part leur appartement parisien et leur petite vie tranquille, il ne trouve rien de passionnant à étaler devant ses amis. Peu de personnes peuvent se vanter de réellement connaître Narcisse. Car il y a une différence entre apprécier et adorer. Les gens qu’il apprécie savent le nécessaire sur ce personnage à part entière. Mais les personnes qu’il adore se compte sur les doigts d’une main et elles, elles savent tout. Ou presque. D’un naturel réservé, le jeune homme parle rarement de lui uniquement. Il préfère raconter des anecdotes impliquant ses parents ou sa sœur.

    Cela étant, les dix premières années de sa vie ne furent pas riches en émotions. Mais ce fut sans compter sur les rafles organiser par Vous-Savez-Qui. Les Brightside se retrouvèrent rapidement en danger. Les enfants rentraient à Poudlard, ce qui les mettraient en sécurité, mais concernant les parents, c’était une autre histoire. Même si Hope en avait encore pour 2 ans lorsque Narcisse fit son entrée, ses parents s’inquiétaient pour elle et pour son frère. Rapidement, ils refusèrent de leur faire quitter l’école pendant les vacances scolaires. Puis, le jeune homme découvrit les joies de l’internat.


    « Chapter one : this moment seems so long »


      Maman – « Narcisse! Je te préviens que si tu ne bouges pas tes fesses maintenant, la voiture partira sans toi et tu arriveras en retard pour ton premier jour. »
      Narcisse – « C’est bon Maman, j’arrive. C’est juste que… J’arrive pas à fermer ma valise. »


    Assis sur cette dernière, le jeune garçon âgé de onze ans luttait pour fermer cette fermeture éclaire qui se plaisait à le mettre en retard. Rien n’y faisait, elle ne se fermerait pas. Narcisse avait beau sauté dessus, sur ses fesses ou à pieds joints, elle résistait encore et toujours. Il soupira bruyamment et prit sa tête dans ses mains en signe de défaite. Hope passant par là avec sa valise parfaitement scellée, passa la tête par la porte de la chambre et fut prise d’un rire toujours aussi léger.

      Hope – « Et ben frérot ? Serais-tu pire qu’une fille ? On dirait que t’emmène ton armoire la-dedans ! »
      Narcisse – « Nanana… Causes toujours va ! C’est sur que si j’avais une valise comme la tienne, je serais pas en train de lutter pour la fermer… »


    Elle repartit aussi vite qu’elle était venue. C’était tout le temps la même chose. Leur relation consistait à se taquiner continuellement ou bien à se câliner sans arrêt. C’était tout l’un ou tout l’autre, jamais de demi-mesure chez les Brightside. Qu’à cela ne tienne, Narcisse ne se laisserait pas abattre par une valise qui fait de la résistance. Il l’ouvrit violemment et scruta chaque petite parcelle de vêtement, pour y déceler le seul qu’il n’emporterait pas aujourd’hui. Son choix se porta sur un lot de t-shirt gris, délavés et déchirés. Sa sœur avait raison, il avait vraiment mis toute son armoire dedans, même les habits importables. Narcisse jeta donc ces t-shirts sur son lit et tenta à nouveau de fermer cette satanée valise, qui fini par rendre forfait. Un sourire victorieux s’afficha sur son visage et il marcha en sautillant jusqu’à l’entrée de l’appartement.

      Narcisse – « On peut y aller, c’est bon ! »


    Le reste de la famille le dévisagea, lui faisant bien comprendre qu’il s’était fait une fois de plus désiré comme le messie. Non pas qu’il aimait ça, mais il est très perfectionniste et il préfère avoir une valise bien fermée plutôt que de la voir s’ouvrir aux yeux de tous sur le quai de la gare. C’est finalement en grognant qu’ils partirent tous en direction de la gare de Paris afin d’embarquer dans leur train, les menant directement à la gare de King’s Cross à Londres. Le voyage n’étant pas semé d’embûches et ne présentant aucun fait intéressant, les voilà qui arrivent sur la fameuse voie 9 ¾. Après avoir traversé le mur, auquel Narcisse est habitué puisque chaque année il accompagnait sa sœur, il se dirigea vers le train, pressé de mettre les pieds à bord pour enfin réaliser ce qu’il était.

      Maman – « Hep ! Tu serais pas en train d’oublier quelque chose là ? » elle se pencha en avant et pointa sa joue du doigt.
      Narcisse – « Naaan, Maman, s’il te plaît. Pas aujourd’hui quoi… »
      Maman – « Hop hop hop ! Pas de discussion, viens embrasser tes parents. »


    En bougonnant, Narcisse revint sur ses pas, si hissa sur la pointe des pieds et embrassa sa mère, puis son père. Il se remit à plat et pu les voir satisfaits. La vérité était que les époux Brightside n’avait aucune idée de ce que leur réservait l’avenir. Que ce soit les concernant, ou à propos de leurs enfants, rien n’était sur à présent. Si l’Elu n’avait pas joué à cache-cache, ils n’en seraient pas là. Ils n’auraient pas besoin de changer de pays tous les mois et ils n’auraient pas besoin de laisser leurs enfants à l’école pendant les courtes vacances. Leurs mains s’entrelacèrent lorsque le train démarra et que la tête de Narcisse émergea d’une fenêtre et leur sourit, insouciant de la situation future. Car non, ils ne leur avaient rien dis. Bien sûr, Hope s’en doutait, mais ils préféraient de loin laisser Narcisse dans son monde coloré plutôt que de couler sous un flot de question proclamant l’injustice et l’égoïsme des dirigeants politiques. Alors oui, peut être aurait-il dû l’appeler Candide. Mais au fond, il savait bien qu’à l’école, la situation était similaire et que bien vite, il serait mis face à la réalité. De manière brusque certes, mais ils préféraient ça plutôt que de devoir lui expliquer en long, en large et en travers l’état du monde magique. On pouvait bien les traiter de lâches ou autres hypocrite. Mais pour eux, le bonheur de leur fils n’a pas de prix. Et le mieux pour lui, c’est qu’il ne sache rien de l’éventuel futur de ses parents, si funestes soit-il.

    ***


    Une fois monté dans le train, Narcisse salua par une fenêtre ses parents une dernière fois. Il avait un pincement au cœur, mais préférait penser qu’il les reverrait dans quelques semaines. Il se rassit tranquillement dans le compartiment qu’il partageait avec d’autres premières années. Un sourire, digne des plus grands acteurs américains, illumina son visage alors qu’il tournait la tête doucement pour observer ses futurs camarades. Il ne reçut pas vraiment de réponse. Le jeune garçon haussa les épaules et regarda les paysages britanniques défiler à travers la vitre. Finalement, il ne serait pas beaucoup dépaysé. Mis à part son accent français lorsqu’il parlait anglais, rien ne changerait véritablement de son pays natal. Quelques longues minutes plus tard, le train ralentit et fini par s’arrêter à la gare de… Pré-Au-Lard ? Quel nom étrange pour un village anglais. Narcisse descendit du train parmi les derniers et évidemment, n’entendit pas l’appel pour les élèves de premières années. Pendant un instant, il suivit le flot des autres élèves qui eux se dirigeaient vers d’étranges carrosses. Soudain, il sentit une main sur son épaule. Pensant que c’était sa sœur, il se retourna rapidement et ouvrit la bouche, prêt à sortir tout un flot de paroles sur son premier voyage. Seulement ce n’était pas elle. Narcisse se retrouva bouche bée devant une jeune fille brune. Elle lui sourit et il ne put que faire de même.

      Sin – « Enchantée, moi c’est Sin. Mais peu importe, t’es nouveau et tu pars déjà du mauvais côté. Les premières années prennent les barques, par là-bas. »


    De son doigt fin elle pointa un autre groupe d’élèves. Il la remercia d’un sourire chaleureux avant de partir en courant vers ses camarades. Il les rejoignit rapidement et suivi de près le flot qui descendait maintenant sur les bords du Lac pour grimper dans leur moyen de locomotion. Ce moment lui paraissait vraiment long. Certes l’ambiance de cette traversée était électrisante, mais si seulement il avait pu avoir une feuille et un crayon sur lui pour l’immortaliser ce moment. Ca lui apprendra à ne pas vouloir s’encombrer pour le voyage. Ils arrivèrent enfin devant la fameuse Grande Salle. Un professeur s’arrêta devant le groupe d’élèves et leur demanda patiemment d’attendre. Bien entendu, tout le monde s’observa. Certains se connaissaient déjà, à en juger par les éclats de rire et les embrassades. Le regard du jeune garçon croisa celui d’un blond. Ce blond qu’il connaissait bien pour l’avoir plus ou moins déjà vu en photo. A en juger par son attitude arrogante et à son cercle d’amis déjà bien large, Narcisse ne mit pas deux secondes à reconnaître le fameux Scorpius Malefoy. Peut-être n’aurait-il pas du le fixer si longtemps. Mais ne sachant pas vraiment à quoi s’en tenir, il ne détourna pas le regard avant qu’une autre personne ne l’attire. Des cheveux blonds, des yeux bleus. Un stéréotype, peut être, mais elle était tellement jolie que le cœur de Narcisse s’emballa lorsqu’elle posa les yeux sur lui. Ce ne fut que l’espace d’une seconde, mais cela lui suffit. Finalement, les portes s’ouvrirent sur la Grande Salle et les élèves se précipitèrent par rang de deux entre les tables. Avec un nom commençant par B, Narcisse aurait du s’attendre à se faire appeler dans les premiers, mais distrait comme il est, il se préoccupa plus de retrouver ces deux jeunes filles qu’il avait déjà croisé. Si bien qu’il fut appelé 3 fois avant de réaliser qu’on l’attendait pour qu’il s’asseye sur le tabouret qu’on lui pose ce « vieux couvre-chef miteux » qu’est le Choixpeau selon lui. Le verdict tomba et c’est avec son éternel sourire qu’il rejoignit la table de sa maison, qu’il occuperait les sept prochaines années.


Dernière édition par Narcisse E. Brightside le Mar 21 Juil - 17:26, édité 4 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Narcisse E. Brightside

avatar

Féminin nombre de messages : 26
age : 25
pseudo : {Radi0-Active
date d'inscription : 18/07/2009

Pensine
année du personnage: Sixième année
animal: un rat noir : Ovide
notes:

MessageSujet: Re: Là, tout n'est qu'ordre et beauté, Luxe, calme et volupté. | narcisse b. end   Sam 18 Juil - 10:22

« Chapter 2 : can’t take my eyes off you. »


      « Sept ans ça peut paraître long. Enfin, ça le serait encore plus s’il n’y avait rien d’intéressant qui pourrait nous arriver. C’est ce que j’ai pensé au début. Je me suis dis que j’entrais ici pour apprendre la magie et que j’en ressortirais simplement. C’est ce que j’ai pensé oui. Pendant environ deux heures. Un problème fit son apparition. Au début, je ne pensais pas réellement que ça en serait un. Mais il s’est révélé plus fort et plus déterminé que moi. J’aurais du m’y attendre. Depuis que je l’avais vu en haut des escaliers et que je l’ai fixé durant un long moment, j’aurais dû me rendre compte qu’il m’observait. On m’en a parlé durant le dîner, je me suis simplement dis qu’il pensait me connaître et qu’il me dévisageait, espérant voir la réponse s’illuminer sur mon front. Oui, j’étais naïf en première année. Je le suis toujours d’ailleurs. Mais aujourd’hui, je suis au courant que je le suis, ce qui me donne un avantage. Du moins, je pense. »


    Il l’attendait à la sortie de la salle, chaque mercredi. La première année, Narcisse n’y avait pas prêter attention. Mais cette nouvelle habitude le frappa. Et c’est peu dire. Il le suivait sur le chemin de sa salle commune, suivit de sa cours de Serpentards. Comme d’habitude, Narcisse descendait dans le parc avant d’aller dîner. C’était là que ça se passait. Sous la fenêtre des toilettes des filles, où personne n’allait. On pourrait croire, dit comme ça, qu’il s’agit d’un quelconque rendez-vous amoureux. Mais c’était loin d’être le cas. Entre Scorpius et Narcisse, ça a toujours été comme ça. Depuis le premier jour, le descendant des Malefoy c’est mit en tête de réduire sa vie à une tourmente paranoïaque. Et autant dire qu’il a réussit. Narcisse, autrefois permanent joyeux et inconditionnel du rire, se retrouva bien vite timide, presque asocial. Changement de nature pour le jeune garçon qui se fait régulièrement martyriser par ce lâche de Serpentard.

      Scorpius – « Et bien, et bien. Regardez qui nous avons là. Encore ce satané Brightside qui n’en fait qu’à sa tête et joue aux poètes maudits. »
      Narcisse – « Fous moi la paix Malefoy, tu commences à me gaver. Ca fait deux ans maintenant, tu veux pas te trouver quelqu’un d’autre ? »
      Scorpius – « Pas pour tout l’or du monde. Tu m’amuse Brightside. Tu ne cherches même pas à te défendre et j’aime ça. »


    Le coup partit sans que Narcisse ne s’en rende compte. Le poing du blondinet s’enfonça dans l’estomac du garçon et n’en ressortit que pour aller frapper son visage. Narcisse tomba rapidement à genoux, dans un bruit étouffé. Il passa ses bras autour de son ventre et grimaça sous la douleur. Il releva péniblement la tête et scruta l’horizon. Les acolytes du vert et argent leur tournaient le dos, montant la garde histoire de prévenir leur leader de l’arrivée de quelqu’un. Scorpius continuait à le frapper, sans la moindre pitié. Le goût de son sang envahit la bouche de Narcisse lors du dernier coup. Il regarda son adversaire s’éloigner en se bidonnant et se laissa doucement tomber sur le côté, profitant de la fraîcheur de l’herbe contre son visage.

    ***


      « Elle m’est apparue comme un rayon de soleil. Ca sonne stupide dit comme ça, mais c’est pourtant la sensation que j’ai eu. En le croisant dans ce couloir, je me suis souvenu de la demoiselle qui m’avait indiqué le bon chemin le premier jour. Dès que je l’ai vu, je m’en suis souvenu, bien que deux ans se soit écoulés depuis. Je me suis maudis aussi ce jour là. L’année touchait à sa fin et c’est à ce moment là que je me suis décidé à l’aborder. Quel con j’ai été. Je n’ai pas peur de le dire. Mais pour ma défense, je dois dire que le traitement subit à cause de ce Scorpius à la noix m’a refroidit niveau sociabilité. L’été passa. Pas une semaine sans que je ne lui envoie une lettre. Je lui ai raconté ce que j’ai appris cet été là aussi. Un jour comme un autre durant un été comme tant d’autre, j’ai été pris d’une crise d’éternuements. Oui, j’avais l’air complètement débile à éternuer toutes les trente secondes, mais dans ce genre de situations, on ne peut pas vraiment faire grand chose, sinon attendre que ça passe. J’avais fêté mes 14 ans quelques jours plus tôt aux Caraïbes. Oui, la situation de vagabonds de mes parents avait certains avantages tout de même. Et soudain, je me suis senti diminuer de taille. Je n’ai compris que lorsque ma mère cria comme une folle. Elle m’attrapa et je sentis ses mains à la fois sur mon ventre, mais aussi mes bras et mes jambes. Un écureuil. J’étais un écureuil. J’ai tout de suite cru à une mauvaise blague de Hope, et j'avais raison. Cette satanée soeur m'avait changé en rongeur pour s'amuser. Il y a certains moments où je me demande lequel de nous deux est censés être le plus mature. »


    L’été était passé vite et les élèves faisaient leur rentrée à Poudlard. Certains de bonne humeur, d’autre non. C’était le cas de Narcisse. Bien qu’il soit électrisé à l’idée de revoir Sin, il savait qu’avant l’été prochain, il ne pourrait pas revoir ses parents. Les jours passèrent et la chaleur ne s’éloignait pas. Le jeune homme s’avançait dans le parc, comme toujours. Il aperçut son amie, adossée à un arbre. Un sourire espiègle et le voilà partit en courant vers elle. Il avait trouvé son antidote à sa morosité. Avant d’atteindre l’arbre, il ralentit prudemment et approcha finalement à pas feutrés. Il fit doucement le tour de l'arbre et surprit Sin par derrière en la chatouillant. Elle se débattait, mais elle restait tout de même moins forte que lui. Il la laissa finalement se retourner. Elle le jugea sévèrement du regard et finit par se ruer sur lui. Il se prit quelques coups, mais rien à voir avec ceux du Serpentard. En quelques secondes il se retrouva au-dessus de Sin, ses poignets emprisonnés dans ses mains. Leurs yeux ancrés. Leurs visages qui se rapprochaient. Et cette volonté inaliénable de l’autre. Narcisse ne pouvait pas aller à l’encontre de lui-même. Sin, il la trouvait jolie, même plus que ça, mais ne lui avait jamais dit. C’était le moment ou jamais. Il continua de se pencher. Relâcha son emprise sur la demoiselle, lui laissant libre court de le repousser si elle le désirait. Leurs lèvres s’unirent enfin et le jeune homme fut heureux de ne sentir aucune pression sur ses épaules de la part de son amie. Si ce n’est un traction. Elle s’était agrippée à son col de chemise et l’attirait vers elle pour réitérer ce baiser. Enfin un peu d’amour dans la vie tellement sombre de Narcisse. Lui qui s’était déjà mis à boire et à fumer, il était prêt à passer le pas avec la drogue s’il ne trouvait pas une distraction suffisamment prenante pour l’éloigner de cette lubie, à savoir, s’évader de ce monde dans lequel il ne se sent pas réellement à sa place.

    ***


      « Parfois, les préjugés sont mauvais. Mais ils sont tellement fondés aussi que par moment, on ne se fie plus que par eux. Il n’y a qu’une seule fois où j’ai vraiment eu tort d’avoir une de ces idées reçues sur les Serpentards. A mes yeux, toutes les filles de cette maison ne sont que des m’as-tu-vu doublées d’une haute forme d’hypocrisie et d’une fâcheuse tendance à vouloir paraître plus odieuse que sa copine. C’est un phénomène que je n’ai jamais réussit à comprendre. Mais lorsque j’ai fait la connaissance d’Eve, ça a changé une partie de mes positions concernant la maison de Salazard. Je l’ai connue grâce à Sin, lorsqu’on était encore ensemble. Au début, j’étais réticent. Puis, je me suis dis que si Sin l’aimait bien, il devait y avoir une raison. Et je me suis également rendu compte que la demoiselle avait une curieuse forme de bipolarité. Avec ses amies, elle pouvait se comporter comme la dernière des chiennes alors qu’avec Sin et moi, c’était une fille tout simplement adorable. Sur le coup, j’étais trop content de faire la connaissance de quelqu’un que je ne me suis pas posé de question. Mais ce dont je suis sur, c’est qu’elle s’est rapidement imposé à moi. Sans l’admettre, je tiens à elle comme à la prunelle de mes yeux. C’est pour ça que lorsqu’elle a décidé de partir sans rien dire, j’étais littéralement brisé. Et son retour ne me dit rien qui vaille. »


    Une matinée comme une autre, un jour d’hiver comme un autre. Narcisse se rendait, traînant les pieds, jusqu’à la Grande Salle pour s’asseoir à sa table. Il était étrangement pâle et ne voulait pas manger. Il resta assit guère plus de cinq minutes lorsqu’il se leva pour repartir. Son regard croisa celui de Sin, qui ne semblait pas se porter mieux que lui. Puis, il aperçut Eve à la table des Serpentards. Il baissa rapidement la tête et franchit les portes en bois en direction de sa salle commune. Sa journée se passa comme toutes les autres auparavant. En fin de journée, alors qu’il descendait dans le parc, il y vit Sin. Son cœur se serra et il fit marche arrière le plus vite possible, préférant se retrancher dans la tour d’astronomie. Quelques minutes après, il entendit la porte en bois claquer et une silhouette familière apparut.

      Narcisse – « Salut Eve. »
      Eve – « Oh. Pas de sourire aujourd’hui. Qu’est-ce qu’il se passe ? »
      Narcisse – « Rien. »


    Un silence s’installa alors qu’elle s’assit à ses côtés. Il se sentait irrécupérable. La seule personne daignant lui parler aujourd’hui venait jusqu’à lui et il était assez stupide pour la repousser. Alors que, quand on y réfléchit bien, Eve est la mieux placée pour comprendre ce qui le tourmentait.

      Narcisse – « C’est fini. »
      Eve – « Qu’est-ce qui est fini ? »
      Narcisse – « Avec Sin. J’ai rompu. »
      Eve – « T’es pas sérieux… » un silence « Je le savais déjà. Elle me l’a dit juste après hier. »


    Narcisse poussa un long soupir. Il ramena ses genoux contre son torse et appuya sa tête dessus. Il sentit un bras passer autour de sa nuque et se laissa aller. Il se retrouva rapidement la tête sur les jambes d’Eve à se faire triturer les cheveux par la demoiselle qui lui disait que s’il ne le sentait plus, il avait bien fait de mettre fin à cette histoire. Il l’écoutait, mais ne pensait pas la même chose. Il sentait que, malgré son débordement en matière de bonne intention, quelque chose ne tournerait pas si rond que ça.


Dernière édition par Narcisse E. Brightside le Mer 22 Juil - 14:23, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Narcisse E. Brightside

avatar

Féminin nombre de messages : 26
age : 25
pseudo : {Radi0-Active
date d'inscription : 18/07/2009

Pensine
année du personnage: Sixième année
animal: un rat noir : Ovide
notes:

MessageSujet: Re: Là, tout n'est qu'ordre et beauté, Luxe, calme et volupté. | narcisse b. end   Mar 21 Juil - 21:01

    Bon et ben... Voilà hein =)

    Si ça vous va, je pense avoir terminé.

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Jewel Robinson

avatar

Féminin nombre de messages : 1044
age : 26
copyright : gwn
pseudo : insuline
humeur : dégoutée, et encore, c'est un euphémisme.
date d'inscription : 13/05/2008

Pensine
année du personnage: sixième année.
animal: Pégaze, un chartreux.
notes:

MessageSujet: Re: Là, tout n'est qu'ordre et beauté, Luxe, calme et volupté. | narcisse b. end   Mer 22 Juil - 14:00

    Bienvenue Narcisse !
    Alors alors j'aime beaucoup ta fiche, il y a juste un petit problème avec ton don d'animagus ! En effet, il me parait difficile qu'un enfant de quatorze ans soit devenu animagus du jour au lendemain sans avoir durement travailler pour, puisque ça relève d'une magie très intense et donc très difficile et que de nombreux sorciers, même très expérimentés, n'y parviennent pas =p.
    Donc voilà, après consultation entre admins, on aimerait que tu modifies ça : il est impossible d'arriver à devenir animagus sans l'avoir souhaité très fort et sans y avoir durement travaillé ! De plus, il nous parait aussi difficile d'être animagus avant sa sixième année, cinquième grand minimum I love you

    Voilà j'espère que ça ne va pas modifier toute ton histoire avec Sin et l'histoire du premier baiser, mais ce sera quand même plus réaliste ^^ Bonne chance pour modifier tout ça, donc ^^
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Narcisse E. Brightside

avatar

Féminin nombre de messages : 26
age : 25
pseudo : {Radi0-Active
date d'inscription : 18/07/2009

Pensine
année du personnage: Sixième année
animal: un rat noir : Ovide
notes:

MessageSujet: Re: Là, tout n'est qu'ordre et beauté, Luxe, calme et volupté. | narcisse b. end   Mer 22 Juil - 14:24

    C'est modifié.

    Je me demandais effectivement si ça allait passer. Enfin bref, ça fait raccourcis du coup, mais j'ai réussit à adapter le tout =)

    En espérant que ça convienne ! (a)
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Jewel Robinson

avatar

Féminin nombre de messages : 1044
age : 26
copyright : gwn
pseudo : insuline
humeur : dégoutée, et encore, c'est un euphémisme.
date d'inscription : 13/05/2008

Pensine
année du personnage: sixième année.
animal: Pégaze, un chartreux.
notes:

MessageSujet: Re: Là, tout n'est qu'ordre et beauté, Luxe, calme et volupté. | narcisse b. end   Mer 22 Juil - 14:29

    Parfait parfait Alors je te valide sans plus attendre à Poufsouffle, j'espère que ça te convient mais c'est la maison que j'imagine le mieux pour lui !
    Excellent jeu =p
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: Là, tout n'est qu'ordre et beauté, Luxe, calme et volupté. | narcisse b. end   

Revenir en haut Aller en bas
 
Là, tout n'est qu'ordre et beauté, Luxe, calme et volupté. | narcisse b. end
Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» Là, tout n'est qu'ordre et beauté, Luxe, calme et volupté.
» AUGUST ? là, tout n’est qu’ordre et beauté, luxe, calme et volupté.
» Let's go for Halloween ! [tous invités à participer !]
» Tous les Pokémons par Ordre Alphabétique !
» Les aventuriers vont jamais tout droit...

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Hominum Revelio :: 

l'administration

 :: poudlard express :: sous le choixpeau
-
Sauter vers: